Flaure

Flaure

€4,000.00
1 à 2 semaines

Le printemps 1

inspiré des 4 saisons de Vivaldi

Série : Arbres et Chorégraphie 

Oeuvre unique

Peinture à l'huile sur toile

81 x 100 cm

Oeuvre vendue avec facture et certificat d’authenticité

Oeuvre signée à la main

Last items in stock

 

Secure Payment

 

Assured Delivery

 

Return policy

www.flaure.com

Flaure vous présente son art : la peinture, des œuvres peintes très diverses, la perception des couleurs, l'imaginaire et le réel, chercheur de rêves à travers mes tableaux et techniques, alchimiste, figuratif, surréalisme, fantastique, peindre à l'intuition et aux sentiments du moment, une histoire d'amour entre la toile et moi, créative; besoin de se réinventer, se dépasser toujours au-delà, dans cette grande quête de la découverte de soi, naissent des tableaux complètement différents, car on n'est jamais le même ! Je peux réaliser votre rêve et personnaliser votre tableau : portrait, nus, animaux, compositions de toutes sortes…

 

Artiste Peintre

Flaure est une artiste peintre française née à Rouen en 1936. Elle se rattache à l’Ecole de Paris dont elle est l’un des derniers fleurons par sa formation, par son milieu artistique, par ses thématiques et son engagement au profit de la figuration, enfin par sa technique picturale qui, à ses débuts, rappelle Utrillo, Oguiss et Verdier, et son inspiration en grande partie parisienne.

Elle s’y rattache également par le Salon de Paris, qu’elle organisa avec Denis Huysman, en 1980 et 1982 à la chapelle de la Sorbonne, dans lequel elle rassembla de nombreux artistes figuratifs de cette mouvance (Jansem, Carzou, Buffet, Brayer, Commère, Chapelain-Midy, Boitel, Verdier, Adnet… etc).

 

Sa formation et sa carrière

Sa famille, contrainte de se réfugier pendant la guerre à Bézier, puis à Ceilhes, pour fuir les persécutions antisémites, s’installa à Paris à la Libération. Après ses études secondaires, Flaure a étudié le dessin et la peinture à l’Académie Julian pendant deux ans, puis entra à l’Ecole Paul Colin, le grand maître de l’affiche qui lui resta très lié jusqu’à sa mort. Ce n’est pourtant pas dans l’affiche, mais dans la peinture qu’elle trouva sa voie et à laquelle elle s’adonna rapidement. Elle obtint très jeune un certain succès, puisqu’elle remporte en 1965 le prix du Salon des femmes peintres, en 1966 le prix Mouffetard (jury comprenant Laprade, Chapelain-Midy, Belloni), en 1974 celui du salon populiste, et bien d’autres prix, mentions et médailles (voir la liste de ses prix ci-dessous). La ville de Paris lui achète deux œuvres (Place Furstenberg, Les clochards de Saint-Séverin), mais aussi les communes de Juvisy dans l’Essonne (Sous la pluie) et de Saint-Cyprien dans les Pyrénées Orientales. Elle est vite remarquée par le critique d’art Guy Dornand qui lui obtint un séjour à la fondation François Desnoyer à Saint Cyprien, où elle rencontra notamment Menguy et Montané, et organisa une exposition de six jeunes peintres à la galerie Henquez à Paris, où elle fut conviée à exposer une dizaine de ses œuvres. Elle ne cesse ensuite d’exposer à Paris (galerie Weil en 1978), et en province, mais aussi en Côte d’Ivoire où le président Houphouët-Boigny compte parmi ses clients, au Canada, en Grande Bretagne et dans d’autres pays.

 

Son œuvre et ses périodes

Les courants qui, à partir de la fin des années 60, s’imposèrent pendant quatre décennies, au point d’éclipser tous les peintres de l’Ecole de Paris, particulièrement les peintres figuratifs, mettaient l’accent sur la choséité de la peinture (minimalisme), sur les jeux visuels (Vasarelly) ou sur la réflexion philosophico-littéraire (art conceptuel) et se sont peu à peu écartés de la peinture en tant que telle. Au contraire, Flaure est restée fidèle au genre pictural et à la figuration, même si certaines de ses dernières œuvres rejoignent dans une certaine mesure l’abstraction. Comme beaucoup de peintres de l’Ecole de Paris, elle cherche sa voie, non dans l’expression de la modernité, mais dans sa propre singularité, qu’elle soumet à un renouvellement perpétuel. Flaure est avant tout un peintre de la sensibilité, mais d’une sensibilité qui ne se veut pas non plus pure spontanéité. En effet, cette sensibilité s’exprime chez elle grâce à la maîtrise d’un métier et par une relation avec le monde réel.

Tandis que d’assez nombreux peintres s’en tiennent à un style particulier qu’ils ont cultivé pendant toute leur vie, Flaure est animée par un souci permanent de renouvellement. Elle a donc développé plusieurs styles, très différenciés, correspondant à des périodes très distinctes. La ligne générale est la suivante. Tandis que les toiles les plus anciennes, en noir et blanc, expriment une forme de poésie réaliste inquiète, les œuvres les plus récentes, très colorées, sont au contraire habitées par une joie interrogative dans un univers souvent onirique.

Sa première période comporte des natures mortes, des paysages et surtout des vues de Paris. La couleur apparaît peu à peu au sein de ces paysages parisiens. Au début des années 70, elle réalisa une série de nus dont les poses inhabituelles, qui évoquent la danse moderne et la gymnastique, offrent une vision particulière, presque virile, d’un corps qui garde pourtant toute sa féminité. Son intérêt se porte ensuite vers la lumière.

Elle produisit alors toute une série de peintures saisissant les jeux complexes des reflets sur la Loire et la Vienne (années 70), mais aussi, des soirées parisiennes (début des années 80), à l’ambiance rétro, avec des étincellements lumineux sur des fonds sombres. Flaure eut ensuite, dans les années 80-90, sa période bleue. De grands personnages interrogent le spectateur depuis un univers qui est souvent maritime. L’onirisme est alors très subtil. Il s’introduit dans les toiles par le jeu de compositions légèrement étranges, avec des déséquilibres qui donnent parfois une sensation de vertige. Le jeu sur les proportions, peu visible dans les reproductions, change la relation au sujet, avec des fleurs à la carnation féminine mesurant plus d’un mètre de haut (The Queen 130 x 89 cm). Elle se lança ensuite dans des peintures sur carton, dont elle utilisait les ondulations, avec une Passion du Christ, peinte sur la musique de Bach, et dans laquelle elle renoue à la fois avec la sculpture romane dont elle reprend les tournoiements de l’étoffe, et une forme d’expressionnisme qui, chez elle cohabite toujours avec les formes les plus classiques. Elle s’engagea ensuite dans des œuvres plus nettement oniriques, utilisant des matériaux de plus en plus divers (toile, mais aussi cartons, grillages, la pierre etc) et, à la fin des années 1990, dans des sujets inspirés de l’Egypte pharaonique. Elle a présenté en 2008 à la galerie Art présent toute une série de tangos sur des paysages parisiens. Après avoir illustré un conte nommé La fleur et le papillon, elle travaille actuellement à une série de toiles représentant le cosmos. Dans ce dernier thème, le sujet peu reconnaissable la conduit aux confins de l’abstraction.

 

Sa manière

La manière de Flaure présente tant de faces que la synthèse est difficile à faire. Si les thèmes qui l’ont inspirée sont très variables, Paris et les paysages de Touraine ont constitué tout au long de sa carrière une source d’inspiration dans laquelle elle n’a cessé de puiser. La beauté de la femme est également très présente, que ce soit par la plastique de son corps qu’elle n’hésite pas à tordre ou par l’élégance de ses poses et de sa tenue. La relation entre les personnages et le paysage qui les contient change selon les périodes. Tantôt les personnages, reprenant certaines des valeurs chromatiques du fond, se fondent dans l’univers minéral de la ville ou dans leur environnement végétal et participent ainsi au grand chant des couleurs, tantôt le personnage est défini par une ligne au contour ferme et développe une plastique classique, idéalisée, dans un environnement qui contient souvent une étrangeté secrète.

Elle entretient parfois avec les œuvres du passé un dialogue pictural : avec les peintres du XVIIIe s. qui ont tant travaillé les clairs obscurs, avec, nous l’avons vu, l’art roman dont elle reprend les rythmes dans ses sujets religieux, avec l’art égyptien, autant de dialogues engagés pour nourrir son goût particulier pour l’émerveillement.

Une des particularités notables de l’œuvre de Flaure est le nombre de tableaux dont au moins un personnage, souvent celui du centre, contemple le spectateur de face. Ainsi, les personnages de son grand Carnaval de Venise ne se regardent pas, ne se parlent pas, mais interpellent le spectateur, comme pour l’inviter à la fête. Les baigneuses de Le Bain posent pour lui, et leur élégante sensualité, qui se transmet à toute l’architecture, n’a pas d’autre témoin. L’artiste introduit par ce procédé une relation particulière entre l’œuvre et le spectateur, comme un appel à entrer dans son univers. Les œuvres prennent ainsi une présence étonnante, parfois troublante, presque inquiétante, jusque dans les sujets les plus joyeux.

Le travail de Flaure est aussi une recherche continuelle sur la matière picturale. Les premières œuvres étaient travaillées au couteau, une technique qui tend à organiser la couleur en verticales et en horizontales tout en créant des effets de relief. Ce n’est plus le cas, dans les années 70, lorsque le pinceau devint le maître d’œuvre. Les surfaces devinrent plus lisses, mais la palette s’élargit alors considérablement. A la fin des années 80, la recherche porta sur l’aspect de cette surface, qui prit, peu à peu, une texture satinée très particulière, due aux ingrédients utilisés. A partir des années 2000, elle chercha à donner plus d’éclat à la couleur. Son Cobra royal doit plus à la joaillerie qu’à la zoologie et à l’art égyptien. Son attention passa ensuite de l’éclat au reflet. Des brillances joyeuses pénètrent peu à peu la matière. Dans sa dernière série qui porte sur le cosmos, le plan de la peinture s’est dédoublé. Sur la toile peinte, elle a disposé une vitre qui est également peinte. Couleurs, brillances, rythmes, effets de reliefs sont pris alors dans un jeu de transparence qui crée une troisième dimension dans la matière même de l’œuvre et qui, dès lors que le spectateur se déplace, devient mobile : une recherche proche de l’abstraction, mais toujours en relation avec la réalité du monde.

Flaure
AC-printemps-1
1 Item

Data sheet

Catégorie
Painting
Année de réalisation
New product

No customer reviews for the moment.

close Shopping Cart
close Shopping Cart

New Account Register

Already have an account?
Log in instead Or Reset password