Anne DELABY

Anne DELABY

€1,600.00
1 à 2 semaines

Série Anhydra

Anhydra : un nom inventé néanmoins significatif : sans eau. Année de réalisation : 2020. Série de 4 oiseaux. (2 sont en vente).

Matériaux : bois morts (chêne, hêtre et merisier traités à l’essence de térébenthine et cirés), métaux, tiges de verre, sables colorés de l’Ouest américain naturels issus des déserts où le Colorado n’est plus, par endroits qu’un filet d’eau vert émeraude certes beau mais synonyme de baisse importante du niveau des eaux, (Californie, Nevada, Arizona) et tissus intelligents DIATEX avec qui je trava

Last items in stock

 

Secure Payment

 

Assured Delivery

 

Return policy

Anhydra : un nom inventé néanmoins significatif : sans eau. Année de réalisation : 2020. Série de 4 oiseaux.

Matériaux : bois morts (chêne, hêtre et merisier traités à l’essence de térébenthine et cirés), métaux, tiges de verre, sables colorés de l’Ouest américain naturels issus des déserts où le Colorado n’est plus, par endroits qu’un filet d’eau vert émeraude certes beau mais synonyme de baisse importante du niveau des eaux, (Californie, Nevada, Arizona) et tissus intelligents DIATEX avec qui je travaille pour mes installations. Ils sont choisis en fonction du propos et proviennent de récupérations, de recyclage allant du plus naturel au plus innovant dans les technologies actuelles des tissus intelligents écologiques. Les oiseaux sont emblématiques de la souffrance due aux sécheresses et aux canicules de plus en plus longues et fréquentes. La hausse des températures assèche mares et flaques, milieux naturels des oiseaux et de nombreuses espèces sont en voie de disparition par manque d’eau et de nourriture.

Les oiseaux sont aussi issus des croyances les plus anciennes, ils conduisaient les âmes vers l’au-delà dans les mythes avant de devenir ici des sculptures utilisant les nouvelles technologies. Ils étaient les intermédiaires spirituels, physiques entre le monde des hommes et celui des dieux, entre le monde des vivants et celui des morts, (cigognes, grues, aigles …) et l’on trouve de nombreux exemples d’hybridation entre homme ou femme et oiseaux.

Ces 2 sculptures sont très proches dans la construction et dans le choix des matériaux naturels, le sable est volontairement sale et les tiges de verre sont brisées. Il ne reste qu’un squelette de bois pour les corps décharnés, carcasses dont les membres ne sont plus que des moignons. Les trous et les nœuds du bois sont laissés apparents. La couleur noire est présente dans les socles et dans les tissus intelligents. J’ai choisi ces tissus volontairement, non seulement pour  la couleur mais pour la mémoire de forme. Les corps sont constitués de ces grillages de tissu noir comme s’ils gardaient en mémoire un corps qui n’existe plus et dont l’oiseau est en deuil. Seuls la transparence sombre et les lambeaux demeurent.

J’ai pris le parti de ne pas contraindre les bois mais au contraire de les suivre dans leur consistance et surtout dans leurs formes tourmentées. Stabiliser l’ensemble s’est avéré difficile car les bois étaient rongés par l’humidité, très vermoulus, moussus et remplis d’insectes, des bois morts mais laissant encore la vie s’épanouir en eux.

Premier oiseau : un petit format (H = 50 cm) dont j’ai laissé l’expression d’origine (une petite fente comme un sourire) goguenarde, comme un petit sans expérience attendant, incrédule, le retour de la pluie alors qu’une de ses pattes est déjà brisée, son corps déjà squelettique et taché de boue (sable sali).

 

2ème oiseau : (H =100 cm) Un oiseau qui ne vit plus que dans le sable et la boue, restes humides, sales, collants d’un environnement en voie de disparition. Son cou et son corps sont tachés car recouverts de sable rouge, ses pattes rouillées. Le corps est en tissu intelligent noir, à mémoire de forme, à mémoire de corps qui se déshydrate jusqu’à devenir une fine carcasse. Les matériaux expriment la métamorphose progressive, les souffrances des corps condamnés. Même le socle avec ses aiguilles hérissées dans le prolongement des pattes et des fers à béton témoigne de l’aridité et symbolise les corps lardés de douleurs.

      

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

Série Anhydra
1 Item

Data sheet

Catégorie
Sculpture
Médium
Année de réalisation
New product

No customer reviews for the moment.

close Shopping Cart
close Shopping Cart

New Account Register

Already have an account?
Log in instead Or Reset password